mardi 10 décembre 2013

Coline Pierré




ill. José Parrondo, Apprendre à ronronner, l'école des loisirs, 2013



Coline Pierré vient de publier à l’école des loisirs son premier roman jeunesse. Portrait d’une jeune auteur qui fait " ronronner les mots"…

Albin, huit ans, « deux dents en moins, une paire de lunettes bleues et des cheveux noirs ébouriffés » vient de déménager à la campagne avec ses parents. Pas facile de quitter son quotidien, ses copains et s’adapter à un nouvel environnement. Ses parents, modèles de patience et d’éducation libre que  tous enfants rêveraient d’avoir, lui offrent pour son anniversaire un chat, animal convoité depuis des lustres. Un chat car ils estiment que leur fils est « assez grand » pour s’en occuper. Albin va s’apercevoir en observant Panda (son chat) que les félins détiennent un privilège qui permet non seulement de consoler les chagrins amis également de lier connaissance. 

ill. José Parrondo, Apprendre à ronronner, l'école des loisirs, 2013
Si Apprendre à ronronner raconte avec humour et fantaisie les expériences d’un enfant de huit ans, il aborde aussi, en douceur, la difficulté d’une séparation, les conséquences du décès  d’un être proche et les interrogations et les remarques sur la vie d’un garçon qui grandit. Il dit aussi que peu importe la quête : apprendre à ronronner, apprendre à miauler, apprendre à vivre comme un chat… Seule la démonstration est à retenir. Apprendre par soi-même et avec les encouragements de sa famille.

Coline Pierré partage avec son héros, ses trois choses préférées au monde,  à savoir le chocolat, les livres et l’automne ; elle aime aussi, sans ordre défini pour ne blesser personne, manger, écrire et son amoureux.  
Avant Apprendre à ronronner, elle a écrit des débuts de romans qu’elle a choisi de semer pour finalement poursuivre cette aventure d’une affection particulière entre Albin et son chat. Dans ce roman, elle avoue y avoir décrit des personnages idéaux : forcément les parents d’Albin ce ne sont pas des parents que l’on croise dans la vie de tous les jours.. Cette mère « qui se pose des questions plutôt que d’affirmer des choses », encourage son fils à percer le mystère des chats.
De l’écriture vient les idées et Coline Pierré en promène dans son sac et dans sa tête. A l’automne prochain, elle devrait publier toujours à l’école des loisirs un récit sur la vie d’un immeuble souffrant de vertige.  Un récit inspiré de Nantes et d’ailleurs.


A lire : Coline Pierré, Apprendre à ronronner, ill. José Parrondo, l'école des loisirs, 2013


Aucun commentaire:

Publier un commentaire